Articles

Union économique eurasiatique : poursuite de l'intégration malgré les tensions

La création de l’Union économique eurasiatique (UEE) début 2015 a eu lieu dans un contexte économique et géopolitique particulièrement dé favorable : aux très fortes tensions engendrées par la crise ukrainienne se sont ajoutées les sanctions croisées entre la Russie et l’UE et l’entrée en récession de la Russie. Néanmoins, le lancement de l’Union a correspondu à la fois à un approfondissement de l’inté gration préalablement porté par l’Union douanière à trois (Kazakhstan, Russie, Biélorussie) et à un élargissement de l’ensemble à deux nouveaux membres : l’Arménie et le Kirghizstan. Désormais, les Etats membres cherchent à surmonter leurs divisions pour poursuivre l’intégration eurasiatique qui passe à la fois par un renforcement des pouvoirs de la Commission eurasiatique et par la mise en place de partenariats internationaux.

Texte intégral  

Regards de l’Observatoire franco-russe, 2017, p. 94-100.


La dimension idéologique du projet eurasiatique

L’éclatement de l’URSS a conduit à une exacerbation du dé bat séculaire sur l’identité géopolitique et civilisationnelle russe. La ­ Russie doit-elle faire partie du monde occidental «civilisé» comme le désiraient les réformateurs russes du début des années 1990? Dans ce cas, elle doit accepter les règles du jeu définies par les Occidentaux et participer aux institutions qu’ils dominent. Ou bien la Russie constitue- t-elle une civilisation à part entière «eurasiatique» comme le prônent les Néo-Eurasiens? Lire la suite...

La Croix, mai 2014.


Pour une nouvelle approche de la sécurité euro-atlantique

Le sommet de Chicago de mai 2012 avait officiellement entériné le soutien des pays membres de l’OTAN à la poursuite du projet de bouclier antimissile. Malgré les fortes réticences exprimées par le candidat Hollande, le nouveau président français justifia son ralliement par une « nécessité pragmatique ». Sans doute François Hollande, à peine entré en fonctions, ne pouvait-il pas véritablement peser sur ce dossier. Pourtant, si cette posture pragmatique était nécessaire à court terme, la France et l’Europe ne pouvaient s’en satisfaire à l’avenir, sauf à poursuivre l’attentisme désinvolte dont elles avaient fait preuve jusque-là. Faut-il rappeler que le bouclier antimissile était largement imposé par Washington à des partenaires européens divisés et inaudibles ?
Laisser Moscou et Washington s’opposer sur ce dossier n’accroissait pas seulement les risques d’une nouvelle « guerre froide », mais reléguait à nouveau l’Europe au rang de simple spectateur d’un jeu qui la dépassait tout en lui faisant endosser la majorité des risques.

Texte intégral

Outre-Terre, 2013/3, p. 239-242.


Les structures d'intégration économique dans l'espace post-soviétique

part de la CEI La chute de l’URSS en 1991 oblige la Russie à repenser la nature de ses relations avec les ex-républiques sovié tiques  qu’elle désigne désormais comme son «étranger proche».
La Communauté des Etats indépendants, créée à la fin de l’année 1991, était censée satisfaire cette ambition. Avec 145 millions d'habitants et une crise démographique sans précédent, la Russie fait pâle figure face aux États-Unis ou l'Union Européenne élargie... 
Cette dernière est le modèle le plus abouti de ces alliances régionales qui se multiplient pour faire face aux défis de la mondialisation et aux puissances économiques concurrentes. Dans ce contexte, la Russie tente, non sans difficultés, de proposer son propre modèle d’intégration à l’espace post-soviétique. Lire la suite...

Regard sur l'Est, décembre 2010.


Cartes
L'intégration économique
au sein de la CEI (2012)
Union européenne ou Russie : le dilemne ukrainien
Union européenne ou Russie :
le dilemne ukrainien (2012)

Audio

23 mars 2014. France Inter

Quelle Union eurasiatique?